Installer une cave à vin dans sa maison : les bonnes questions

Installer une cave à vin dans sa maison : les bonnes questions

Descendre à la cave pour y prendre un remontant.

Sylvain Tesson

Les habitations actuelles (maison individuelle ou appartement) sont de plus en plus  dépourvues de caves, cette pièce généralement située au sous-sol que l’on appelle aussi cellier. Et si elles en disposent, le local en question est rarement parfaitement adapté. Faut-il dans ces conditions investir dans une cave enterrée, aménager un espace pour le vin dans son garage, ou encore recycler l’ancienne cheminée en cave à vin ? Même si le choix peut sembler difficile, il faut savoir qu’il existe toujours une solution pour une cave à vin, notamment lorsqu’on a décidé de conserver un peu plus que les dix ou douze traditionnelles bouteilles dans sa cuisine.

Chaque fête, chaque occasion nécessite un vin différent, et se constituer une cave devient alors au fil du temps un réel plaisir. Que l’on soit par conséquent un amateur “papillon” (une bouteille par-ci, une autre part là), un amateur fidèle (à une même appellation, un même millésime)) ou encore un amateur novice (achats ponctuels lors de manifestations)) il est important de ne pas voir trop petit au départ. En effet, si la curiosité dicte nos premiers achats, le virus du vin devient vite une passion qui s’attise au gré des foires, salons et même de vente aux enchères.

L’art de la cave à vin et de la conservation du vin suppose toutefois un minimum de règles : une température constante (entre 10 et 13°C c’est idéal), une bonne aération, un taux d’humidité contrôlé (70 à 80 % de préférence) de l’obscurité, et enfin un endroit calme et sain, sans vibration ni mauvaises odeurs. Sinon attention vous pourriez voir se développer certains défauts du vin.

Posséder une cave traditionnelle (cave enterrée) ou une cave contemporaine (cave en appartement) ne signifie pas pour autant que celle-ci soit absolument sans défaut. Bien souvent au contraire, les caves traditionnelles sont sujettes à un excès d’humidité et inversement les caves contemporaines souffrent d’un excès de chaleur.

Concernant l’humidité, les causes sont multiples : saturation des murs de la cave par un excès d’eau, aménagement de la cave avec des matériaux ou une construction imperméable qui empêchent l’eau de s’évacuer naturellement par le sous-sol … Si trop d’humidité ne nuit pas vraiment au vin, cela abîme en revanche vraiment étiquettes, cartonnages, et casiers. On peut lutter contre ces excès en utilisant des sacs de cristaux de chlorure de calcium qui absorbe l’humidité et la transforme en saumure, ou en tapissant le sol de la cave d’une couche de gravier ou de sable de rivière (et non de carrière) épaisse de 5 cm, laisser de temps en temps la trappe de la cave ouverte peut être aussi une solution. À long terme, il est tout de même recommandé d’étanchéifier les murs ruisselants avec un enduit de résine hydrofuge ou d’appliquer un revêtement en polyuréthane pour les sols en béton. Pour combattre le salpêtre (nitrate de calcium), on peut utiliser une émulsion de caoutchouc liquide que l’on complétera avec l’application d’un fongicide.

À l’inverse on peut avoir une cave trop sèche qui se révèle néfaste pour le vin : vieillissement rapide et rétrécissement des bouchons avec un risque d’oxydation du vin. Même solution en fonction du budget dont on dispose : recouvrir là encore le sol d’une bonne couche de sable ou de gravier de rivière (pas de carrière) que l’on arrosera de temps en temps afin de permettre une meilleure redistribution de l’humidité, disposer un récipient d’eau dans un coin de la cave.

Enfin si dans les deux cas (trop d’humidité ou trop sec) aucune des solutions citées ci-dessus n’a eu véritablement d’impact, l’installation d’un climatiseur doit être envisagée.

Petit conseil tout de même avant d’investir : veiller à bien isoler la cave, la facture d’électricité sera moins salée. Pour cela, préférer les panneaux en polystyrène extrudé ou en polyuréthane, deux matériaux qui résistent très bien dans le temps.

Une bonne aération : un atout primordial pour une cave à vin

Bien souvent un taux élevé d’humidité et lié à un mauvais système d’aération. Une bonne cave doit avoir au minimum une bouche d’aération voire deux lorsque le volume de celle-ci est supérieure à 25 m3. Rappelons qu’une libre circulation de l’air évite aussi les mauvaises odeurs, notamment de moisi et de renfermé.

Si vous ne disposez pas d’ouverture, sachez qu’il est possible de résoudre ce problème au moyen de deux tuyaux de plastique placés à deux hauteurs différentes. Le premier pour injecter de l’air et le second pour l’évacuer. Attention, l’efficacité de ce système est proportionnelle à la longueur des tuyaux : plus ils sont longs et moins ils sont efficaces. Pour une bonne aération, il est impératif d’avoir une différence de niveau de ventilation. À savoir une ventilation haute et une ventilation basse qui créera une différence de pression. Au même niveau, celle-ci serait trop faible et entraînerait la stagnation de l’humidité. Un détail minime certes mais qui se révèle être sans doute le défaut majeur de nombreuses caves.

Le climatiseur, unique solution de bien des problèmes pour une cave

Ces appareils bien spécifiques, ont en effet pour fonction de recréer les conditions naturelles d’une cave, à savoir une température appropriée en évitant des écarts brusques et une hygrométrie adaptée. La plupart de ces unités de refroidissement fonctionne sur le principe de la renouveler. L’air externe est aspiré dans le groupe pour être refroidi et ensuite expulsé dans la cave à la température demandée. Deux types de climatiseurs sont généralement proposés : une version froid pour les caves qui n’ont pas besoin d’être chauffées en hiver et une version chaud-froid lorsque c’est nécessaire. En fonction de l’agencement de la cave, il est également possible de choisir parmi différentes gammes, une version standard avec le groupe de condensation placés à l’intérieur ou à l’extérieur de la cave, une version intégrée idéale pour les caves en immeuble, et enfin une version monobloc prête à brancher.

À l’inverse, il est possible d’avoir une ambiance trop sèche et tout aussi néfaste pour le vin (vieillissement rapide du vin et rétrécissement des bouchons avec le risque d’oxyder le vin). Même solution en fonction du budget dont on dispose : recouvrir là encore le sol d’une bonne couche de sable ou de gravier de rivière mais que l’on arrosera de temps en temps afin de permettre une meilleure distribution de l’humidité ou disposer un récipient d’eau dans un coin de la cave peut également faire l’affaire à court terme. Si rien n’y fait, l’installation d’un climatiseur devient indispensable. Petit conseil tout de même avant d’investir, notamment lorsque toutes les autres solutions ont échoué, veillez à bien isoler votre cave notamment lorsque celle-ci se trouve dans un coin du garage où est une pièce isolée de la maison, la facture d’électricité sera moins salée. Pour cela préférez les panneaux en polystyrène extrudé ou en polyuréthane, deux matériaux qui résistent le mieux au temps.

Le garage : l’endroit le plus exploité pour y installer une cave à vin

Devenu courant, ce genre d’installation rencontre très souvent le même problème : des températures bien trop élevées. Véritable produit vivant, le vin pour s’épanouir doit être conservé à une température comprise entre 10 et 13°C. En dessous de 5°C, la maturation du vin se fait au ralenti, et au-dessus de 20°C, le vin évolue au contraire très rapidement et devient prêt à boire trop tôt. Il est impératif de surveiller et d’éviter au maximum les écarts brusques de température. Une source de chaleur ou de fraîcheur peut-être la cause du problème, il faut donc dans un premier temps la localiser et la cloisonner. Si c’est déjà fait,,,,, il n’y a pas d’autre choix que l’installation à nouveau d’un climatiseur. Les garages subissent généralement des variations de température trop importantes. Néanmoins, il est préférable dans ce cas de stocker les vins toujours du côté nord et de ne pas entreposer des produits odorants (peinture, alcool à brûler, légumes…) En ce qui concerne son aménagement, le bois convient toujours : économique, peu encombrant, naturellement résistant et régulateur d’hygrométrie il ajoute de plus une note chaleureuse à la décoration. Concernant le traitement du bois à cœur en autoclave, celui-ci est utilisé uniquement pour les bois peu résistants à la moisissure et aux champignons (le pin par exemple). Bien sûr ce traitement n’est absolument pas nocif pour le vin. Petites astuces : en sachant qu’il existe une légère différence de température entre le sol et le plafond d’une cave, il est recommandé de placer en hauteur les vins plus robustes (qui mûrissent lentement) tandis que les bouteilles plus sensibles (vins blancs, effervescents) iront près du sol.

Cet article a 1 commentaire

Laisser un commentaire

Fermer le menu
Share
Tweet
Pin